Les physiciens

de Friedrich Dürrenmatt

Jouée en mars 2002 à la Rotonde.

Synopsis :

Les Physiciens se passe entièrement dans le salon d’une villa qu’on devine isolée, ancienne résidence d’été des Von Zahnd, transformée en asile de fous… le mot est lâché. Les fous sont au nombre de trois. Il faut dire que les malades de marque ont été transférés dans un bâtiment neuf et élégant. Ces trois fous sont (est-ce un hasard ?) tous trois physiciens. Ils vivent chacun pour soi, chacun s’est tissé un monde imaginaire où il s’est enfermé, ils prennent leurs repas en commun dans le salon et échangent parfois quelques propos scientifiques. Ils seraient des fous modèles si certaines choses un peu ennuyeuses, carrément horribles même, ne s’étaient passées. L’un d’eux a étranglé une infirmière. Autour du cadavre s’affairent les fonctionnaires de la police criminelle, aimables gaillards à l’âme tranquille, qui ont déjà absorbé leur ration de vin blanc et qui le sentent. Ils mesurent, prennent des empreintes digitales. Qui sont-ils ? Ceux qui se font appeler Newton, Einstein et Möbius. Des criminels ? Des physiciens ? Des fous ? Des simulateurs ? Ou tout à la fois ? Nous sommes confrontés là à une énigme qui ressemble beaucoup aux problèmes que se pose, depuis quelques dizaines d’années, l’ensemble de l’humanité ! L’auteur aborde, au travers de cette pièce, un important thème de société toujours d’actualité : quelle est la responsabilité d’un chercheur face aux applications de ses découvertes ? Les Physiciens nous présente un monde où aucune certitude n’existe et où toute situation peut évoluer vers son opposé en l’espace de quelques instants.

Mise en scène :

Marie-Hélène Guedj

Avec :

Yann Bertrand : Möbius
Coralie Busseret : Madame Möbius
Laurent Legendre : le médecin légiste/un enfant
Cécile Morlac : l’infirmière en chef
Frédéric Ojardias : l’inspecteur
Violaine Ragot : directrice Martha Von Zahnd
Marion Steinmetz : une infirmière
Didier Schott : l’infirmier chef Otto
Xavier Villain : un policier/un enfant
Guillermo : Newton
Yannick : Einstein
Eric : un policier/un enfant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *